Vincent Roussillat

dessineur carnetvore

 Vincent Roussillat

Vincent ROUSSILLAT, traceur de lignes de vie

Originaire d'Orléans, Vincent Roussillat a étudié les arts appliqués à Paris. Il est formé aux techniques du dessin, de la bande dessinée et de l'illustration. Ses auteurs de prédilection sont Manara, Serpieri, Bilal, Vaughn Bode, Crumb ou Aslan. Toutes ces pin-up alanguies, toutes ces représentations de la femme vont dès lors rester ancrées dans son imaginaire.
A ses débuts, il crée un fanzine "Sakamag", personnage-titre qui possède trois yeux. Il caractérise ce suprême voyeur capable de tout ingérer d'un seul trait. Outre son activité d'illustrateur indépendant, Vincent Roussillat est un observateur né. Il s'exerce à la terrasse des cafés, des musées ou des bibliothèques. De ces lieux de vie vont naître ses carnets de dessins ou "CarnetVores" : véritables prises de notes sur le vif, précises spontanées où fourmillent ses recherches, ses interrogations, ses visions déformantes, ses accumulations narratives. Il trace ses pensées tel un sismographe sur le papier, capte les ambiances feutrées des bars, fige l'instant : un couple illégitime, une "artésienne" comme il aime les appeler, un buveur esseulé, la beauté d'une héroïne fin de siècle sur un canapé aux formes rebondies.
Tout y passe : le crayon, l'encre de chine, le Bic, la gouache ou l'aquarelle. Dans une liberté totale, il laisse parler ses fantasmes et donne naissance à des monstres hybrides. Parfois, il se représente sous les traits d'un personnage névrotique, en pleine implosion, aux prises avec des nymphes fortement sexualisées. Il devise à « ne pas montrer une représentation précise mais plutôt éveiller les imaginaires, provoquer le fantasme chez le spectateur. »
Ses toiles impliquent nettement sa technique du dessin et laissent place à des jeux de transparences par couches successives de glacis à l'acrylique. Des femmes en attente, assises se dévoilent dans des intérieurs le plus souvent surréalistes, et son idée du grotesque n'est pas sans rappeler l'univers d'un Félicien Rops.
Goethe disait : " La fin première et dernière de toute activité littéraire, c'est la reproduction du monde qui m'entoure via le monde qui est en moi. Toute chose devant être saisie, reprise, recréée, assimilée et reconstruite sous une forme personnelle et originale." Pour Vincent Roussillat, c'est le principe fondateur de son travail. La page blanche devient un territoire inconscient où mute toute une galerie de personnages fantasmatiques. Alors attention, les Artésiennes débarquent sur terre venues du fin fond de la planète Roussillat.    

Sébastien Masse

 

EnregistrerEnregistrer